L'Asie en Danseuse

Présentation

Me piace Italia ! (du 28 juillet au 11 aout 2007)

Le "vrai" voyage commence : nous entrons dans un pays étranger et nous ne sommes plus que tous les deux. Cependant la transition se fait en douceur car on comprend et on se fait comprendre assez facilement. La monnaie reste la meme et la culture italienne nous semble familiere.

La descente vers la vallée de Cuneo se fait par une route en lacets, puis plus droite mais tres encaissée. Ici c’est le paradis des motards, avec bitume bien lisse et virages numérotés. Quelques marmottes nous accompagnent de leur sifflement dans le début de la descente. Ce versant des Alpes n’est pas si agréable : plus abrupt et moins ensoleillé. La plaine de Cuneo sera elle aussi bien monotone, d’autant plus que nous la traversons le dimanche. A part quelques familles qui prennent leur pique-nique dans la vallée, la plaine est un vrai désert. C’est le moment de rouler, d’avancer, car il n’y a rien á faire.

Les collines des Langhe seront bien plus accueillantes. Elles sont couvertes de vignobles et de plantations de noisetiers. On y produit le célebre vin de Barolo et surtout ... le nutella ! Et vu les quantités de noisettes, la fameuse pâte á tartiner a de beaux jours devant elle. Les villages et les fermes viticoles sont perchés en haut des collines. Leur visite se mérite !

C’est Heraldo qui sera le premier á nous recevoir dans sa maison pour nous offrir un petit café avant de reprendre la route. Sa maison, perchée sur une colline entre Dogliani et Monforte d’Alba offre une vue magnifique sur les Alpes et le mont Viso.

La ville d’Alba est aussi tres agréable avec ses bâtiments faits de briques rouges. Elle nous laisse un souvenir tres fort grâce á l’accueil de Fabio et de toute sa famille. Ils nous ont offert des tas de choses (eau, fruits, apéro, pot de nutella) et surtout une soirée chaleureuse partagée avec tous les membres de la famille.

(PS : to Fabio : beginner’s error : we forgot to take your adress and your e-mail. Could you send it to us ? Thank you.)

Valenza marquera la fin des collines. Devant nous s’étend la plaine du Po. Des centaines de kilometres sans aucun dénivelé, au milieu des champs de maís, des rizieres (mais pas en terrasse...) et des canaux avec leur lot de moustiques. A part le pere Giuseppe qui nous a offert le gíte et le couvert, cette région nous est apparue peu hospitaliere. Heureusement, sur le chemin, on visitera de belles villes. Pavie notamment, avec son université qui compte Christophe Colomb parmi ses diplômés. Leonardo da Vinci a participé á la construction du Duomo et une place avec des tours de guet médiévales porte son nom. On y trouve également un pont couvert et un château imposant en briques rouges.

C’est á partir de Salvirola, petit village perdu avec un méga magasin de vélo (on nous sort un pneu Schwalbe de nulle part) et un bar super sympa oú jouent aux cartes des petits vieux, que l’accueil se fera tres chaleureux. On sera par exemple invités á prendre une douche chaude par un couple á Barbariga.

On aperçoit au loin les montagnes qui entourent le lac de Garde. En quelques kilometres, on passe "de la Beauce á la Côte d’Azur". Des odeurs de pin, des cigales, les eaux bleues du lac, du monde ... et beaucoup de "frime". Les belles voitures, les bateaux et quelques Italiens et Italiennes bien appretés. Les ray-ban, les cheveux gominés, le débardeur et le bermuda á carreaux pour lui ; les énormes lunettes de soleil, le petit haut et le bermuda moulants pour elle. Ici, c’est le royaume des touristes et de la gelata. Mais il suffit de s’éloigner d’un ou deux kilometres des rives du lac pour trouver un petit endroit tranquille pour planter la tente (les innombrables campings sont hors de prix).

Vérone, ou la "Piccola Roma" offre une ambiance particuliere. On y prend notre temps car nos affaires sont au camping, ce qui nous permet de circuler á vélo sans les bagages pour la premiere fois. Passage obligé sous le balcon de Juliette (avec des millions de messages d’amours sur les murs du porche qui y mene, inscrits sur des chewing-gums, des pansements et divers supports), autour des arenes romaines datant du premier siecle avant J-C et dans les ruelles de la vieille ville. Une expo de fiat 500 est organisée pour feter le cinquantenaire et la sortie de la remplaçante. Le camping est difficile d’acces mais nous offre une vue imprenable sur la ville.

Apres Vérone, le plat s’étend á nouveau jusqu’á Venise (et au-delá).Seules les Colli Eugani nous offriront généreusement une belle grimpette avant Padoue.

Juste avant Venise, nous nous arretons pres d’un terrain de boules ou des retraités jouent aux cartes, pour demander oú camper. Maria et Giuseppe (Marie et Joseph... ça ne s’invente pas !) sont les gérants du club et nous invitent á passer la nuit chez eux. On reste toute l’aprem au club pour écrire, observer le jeu de boule (un mélange de lyonnaise et de curling, le terrain est tres roulant !), les parties de rami, un jeu de cartes qu’on ne comprendra pas et á boire des canons avec les autochtones.

A la fermeture, l’orage éclate, alors on s’installe dans le garage. Marie et Joseph nous offrent le repas, la douche, les tickets de bus pour aller á Venise le lendemain... mais aussi le díner et la nuit suivante. En plus, l’arret de bus est juste de l’autre côté de la route. Parfait. Grâce á eux, on passera une journée de reve á Venise sans avoir á gérer les vélos.

Hébergement OVH - Propulsé par SPIP - Aquarelles Reno MARCA - Conception & Réalisation : danslesvolcans.net